Camionnage et logistique

Selon des rapports récents, les entreprises de camionnage se préparent à investir dans la technologie sans conducteur, ce qui pourrait réduire les coûts de près de moitié et améliorer la sécurité. L’entreprise de camionnage Toll Group a déjà équipé plusieurs de ses 3000 véhicules de gadgets semi-autonomes comme des capteurs de changement de voies et des régulateurs de vitesse. Toll et d’autres entreprises de camionnage se rendent aux Pays-Bas en avril pour assister à un essai de camions sans conducteur. Le pays veut des trains routiers autonomes pour l’expédition de cargaisons à travers le continent d’ici 2019, à partir de Rotterdam, le plus grand port d’Europe. Les premiers efforts dans le domaine sont axés sur le système « Convoi  », où les camions coupent la résistance au vent et réduisent les coûts de carburant en voyageant en étroite procession. Un véhicule avant avec conducteur contrôle les gaz et les freins pour les autres en utilisant des signaux radio. D’autres avantages peuvent également être atteints en adoptant la technologie entièrement sans conducteur. Le retrait des compartiments de conducteur permet plus d’espace cargo et l’élimination des unités d’air conditionné. Il n’y aura également pas besoin de haltes, ce qui signifie que les camions peuvent continuer à rouler jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs destinations. Les coupes dans les salaires et les factures de carburant pourraient être très importantes. Le marché du transport routier de marchandises aux États-Unis valait à lui seul 700 milliards $ (489 milliards £) en 2014, selon l’American Trucking Association.

Amazon.com lorgne maintenant la haute mer dans sa poursuite de traiter une plus grande part de logistique de livraison de colis. L’ambition de la société est de prendre une part importante de l’expédition et la livraison des joueurs traditionnels. Elle déploie sa propre marque de semi-remorques, considère louer ses propres avions-cargos, et poursuivre l’expérience de drones pour livrer les paquets aux clients rapidement et à moindre coût.

Aujourd’hui, un méli-mélo d’entreprises s’affrontent pour le marché très fragmenté de l’organisation des expéditions de fret d’une valeur de 160 milliards $, ce qui signifie qu’Amazon pourrait prendre des parts de marché rapidement. En conséquence, un grand nombre de start-ups essaient également de moderniser l’expédition de fret, et ont ramassé le soutien en capital-risque de la Silicon Valley. Ces start-ups incluent Flexport, qui en août a décroché un tour de financement de 20 millions $.

%d blogueurs aiment cette page :