Covoiturage

GM a annoncé un investissement de 500 millions $ dans Lyft, un concurrent d’Uber, et a acheté les « restes » de Sidecar, le pionnier de la course sur commande qui a fermé ces portes à la fin de 2015. GM transférera environ 20 employés de l’équipe de Sidecar, y compris Jahan Khanna, le cofondateur et chef de la technologie. Le but est d’ultimement transformer Lyft à un service sans conducteur. Avec toute l’emphase mise par GM sur les nouveaux modèles de mobilité, peut-être cet acronyme voudra maintenant dire General Mobilité. 😉

Pendant ce temps, Lyft a adopté Waze comme son application de navigation par défaut dans une tentative pour donner aux conducteurs de Lyft et leurs passagers un avantage supplémentaire. En outre, Lyft a annoncé un partenariat qui permettra aux personnes âgées sans téléphones intelligents d’utiliser le service.

Une demande de brevet publiée en janvier révèle que Facebook cherche à s’introduire dans l’entreprise du covoiturage. Récemment, Facebook a annoncé un partenariat avec Uber qui permettrait aux utilisateurs de réserver une course à partir de l’application Messenger de Facebook.patent

Edmonton est devenue la première ville canadienne à légaliser des services de covoiturage. En Colombie-Britannique, le gouvernement adoucirait sa critique de l’entreprise de covoiturage Uber, en disant que c’est seulement une question de temps avant que le service soit lancé dans la province. Pendant ce temps, au Québec, une coalition des chauffeurs de taxi a l’intention de déposer une demande de recours collectif et une demande d’injonction permanente contre Uber.

La stratégie de Uber à Toronto a été différente. Dans cette ville, UberTaxi a obtenu une licence pendant qu’UberX continue à fonctionner « illégalement ». Également à Toronto, on note l’arrivée d’UberPool.

Selon les rapports publiés au cours des derniers quelques mois, grâce à Uber, la valeur des permis de taxi continue de baisser. Un rapport indique que la valeur des licences des chauffeurs de taxi de Toronto a chuté d’environ 360 000 $ en 2012 à moins de 100 000 $.

Uber continue d’attirer l’intérêt des investisseurs. Dans les dernières semaines, Uber a annoncé qu’elle a levé près de 2 milliards $ auprès d’investisseurs chinois pour développer son activité. Les opérations chinoises de l’entreprise sont évaluées à 7 milliards $ et au niveau mondial, Uber est évalué à 70 milliards $. Hmmm, voilà tout un tas de zéros pour une application avec peu d’actifs.

Uber a également collaboré avec TransLoc à intégrer Uber dans les trajets journaliers avec TransLoc Rider. Nous nous approchons lentement de la mobilité en tant que service ! Ce sera intéressant de voir comment les entreprises de transit et de covoiturage évoluent dans leurs relations.

Oh, et juste au cas où vous l’avez manqué, il y a quelques semaines, Uber a atteint sa milliardième course.

Alors que la plupart des offres de covoiturage ont été axées sur les zones urbaines, ceci est peut-être en train de changer : Mercedes-Benz et Via font équipe pour lancer un service de covoiturage de banlieue.

Et pour les personnes à mobilité réduite, l’application mobile Simon, une nouvelle application pour la navigation, pour l’orientation et pour la recherche d’un stationnement destiné aux personnes à mobilité réduite. À Madrid, Parme, Lisbonne et Reading, il permet d’accéder à des informations d’accessibilité importantes telles que l’emplacement des places de stationnement pour handicapés ou l’emplacement des ascenseurs et des rampes d’accès à des stations de métro. Avec Simon Mobile, il est possible d’informatiser la marche, la conduite et les itinéraires de transit, et l’utilisation de la navigation étape par étape lors d’un voyage. La mobilité doit être accessible à tous, indépendamment des limitations physiques.

%d blogueurs aiment cette page :