Auto-partage

General Motors a lancé Maven, son service de partage de voiture. Bien sûr, c’est écrit dans le ciel : dès que la technologie des véhicules entièrement autonome deviendra commercialement disponible, Maven passera au mode sans conducteur.

Ford Credit Link a annoncé son programme qui encourage le partage de véhicules entre trois à six personnes intéressées par la signature collective d’un bail de location de 24 mois d’un véhicule Ford.

Et au cas où vous l’auriez manqué, WaiveCar a été lancé à Santa Monica et Venice, en Californie, utilisant une flotte de 20 voitures électriques compactes à quatre portes. Tout ce dont vous avez besoin est une carte de crédit, un permis de conduire valide et un téléphone intelligent. Les locations sont effectuées via l’application du téléphone, et il n’y a pas besoin de récupérer les clés. L’entreprise déverrouille le véhicule à distance lorsqu’un utilisateur loue la voiture, et les clés sont à l’intérieur. Encore plus innovant, cependant, est le modèle d’affaires de WaiveCar, par lequel les véhicules sont prêtés gratuitement aux locateurs pour les deux premières heures. Même l’assurance est incluse gratuitement. WaiveCar fait de l’argent parce que ses voitures sont couvertes de publicité. Le commanditaire au moment du lancement est Oscar Health Insurance Corp, supportée par Google. Serait-ce un signe de vers où les véhicules sans conducteur se dirigent ? Des trajets gratuits contre de l’exposition à de la publicité ou à de l’information ? Déjà, des études menées aux États-Unis indiquent que les Américains sont prêts à partager des renseignements personnels en échange de quelque chose qu’ils considèrent comme ayant de la valeur. Ce pourrait-il que ces locations soient une de ces valeurs ?

%d blogueurs aiment cette page :