Transport en commun

Le transport en commun a montré des réactions ambivalentes à propos de certaines des options de mobilité les plus récentes, y compris l’auto-partage. Bien que ces options de mobilité ont le potentiel de pousser les passagers loin de transport en commun, Elles peuvent également contribuer à la décision d’un citadin de renoncer à la propriété du véhicule. Dans ce dernier cas, l’achalandage en serait facilité. La STM, le service de transport en commun de Montréal, apporte des améliorations pour attirer certains passagers qui optent pour la commodité des services de partage de voiture.

À Chicago, un cessez-le-feu est en train d’émerger entre les transports en commun et un éventail de services de partage, un changement frappant à comparer à quand les fonctionnaires à la recherche de solutions aux embouteillages ont généralement cédé à une formule simpliste prônée par les organismes de transport en commun.

Les services covoiturage, comme Uber et Lyft, réduisent-ils ou augmentent-ils le nombre de déplacements en voiture dans les grandes villes ? Le Natural Resources Defense Council a annoncé qu’elle sera partenaire avec Transport Sustainability Research Center de l’Université de Berkeley (EVRC) pour évaluer l’impact environnemental de Uber et Lyft à travers les États-Unis.

%d blogueurs aiment cette page :