Planification gouvernementale requise

Selon la National League of Cities, seulement 6 % des plus grandes villes aux États-Unis ont l’intention ou pensent inclure les véhicules autonomes ou des voitures d’autoconduite dans leurs plans de transport à long terme. Ce qui est encore plus surprenant est que seulement 3 % des systèmes de transit de ces villes tiennent compte de l’impact des entreprises d’autopartage comme Uber et Lyft même si elles opèrent déjà dans 60 des 68 plus grands marchés aux États-Unis. Ceci selon une analyse du contenu des documents de planification des transports à partir des 50 villes les plus peuplées du pays. Dans un contexte où la majorité des dépenses de transport est pour l’infrastructure qui devrait être utilisable pour plusieurs décennies et connaissant l’arrivée imminente de véhicules totalement autonomes, les gouvernements ne devraient-ils pas prendre cette technologie en considération ?

Contrairement à la plupart des villes, Los Angeles prend l’arrivée des véhicules sans conducteur au sérieux. La Ville a formé la Coalition of Transportation Technology, le premier projet au monde à s’attaquer sérieusement à la logistique de l’introduction de véhicules autonomes sur une grande échelle dans les voies publiques de la ville. La nouvelle Coalition vise à adapter les infrastructures de Los Angeles aux véhicules connectés et autonomes, élaborer des plans et des processus pour les préoccupations communes sur la façon dont les véhicules se déplacent dans toute la ville, en les ajustant pour l’amélioration de la sécurité offerte par des véhicules sans conducteur et prévus pour les automobilistes, les cyclistes et les piétons, ainsi que pour la lutte contre les problèmes comme le stationnement et l’adaptation et l’intégration avec des véhicules pilotés.

Avec des investissements d’infrastructure fédéraux importants attendus, le président de GM Canada a déclaré que le gouvernement et l’industrie doivent travailler ensemble pour construire des routes intelligentes pour des voitures intelligentes pour assurer l’avenir de l’industrie automobile au Canada. L’Institut craint que le recours aux gouvernements et à leurs programmes d’infrastructure ralentisse l’introduction de véhicules automatisés sur nos routes. C’est exactement pourquoi les nouveaux venus dans l’industrie tels que Google et Tesla, pour ne citer que deux, font en sorte que leur technologie puisse fonctionner de façon aussi autonome que possible à partir des infrastructures de communication appartenant aux états, aux provinces ou au gouvernement fédéral.

Une autre raison de la planification du gouvernement est l’emploi. L’utilisation de véhicules sans conducteur/robotisés se traduira par la suppression d’emplois. Les gouvernements doivent évaluer les impacts et déterminer comment faire la transition la plus indolore possible. Au Royaume-Uni, le chef de la Royal Mail fait face à un défi pour la « santé et sécurité » de la part de la Communication Workers Union, après avoir émis l’idée d’introduire un service de navettes sans conducteur dans le futur. Les syndicats doivent faire partie de la conversation de transition.

 

%d blogueurs aiment cette page :