L’avenir de la mobilité doit être durable

L’avenir de la mobilité s’appuie sur les logiciels. Le graphique de la page ci-bas permet de le démontrer.

mobility and sofware

La conduite entièrement autonome est encore à quelques années de voir le jour. Dans l’intervalle, les modèles de transport durable doivent être encouragés et facilités par les gouvernements. Le MaaS (Mobility as a Service) décrit dans le dernier bulletin est un pas dans la bonne direction. L’Institut encourage cette forme de mobilité et recommande l’électrification des transports là où c’est logique de l’implanter.

MaaS Summit

Catherine Kargas a animé le tout premier sommet du MaaS qui a eu lieu à Helsinki, organisé par le Gouvernement de la Finlande, le 10 novembre 2015 dernier. L’Institut félicite le ministre du Transport et de la Communication finlandais, M. Berner, et son gouvernement pour leur vision de la mobilité durable et la volonté politique de le faire arriver.

Plusieurs articles ont été écrits sur la perspective que les véhicules totalement autonomes augmentent de plus en plus les kilomètres parcourus par les véhicules. Pour veiller à ce que la technologie des véhicules sans conducteur contribue à un écosystème d’une mobilité plus durable, il est essentiel que les gouvernements participent et règlent les paramètres dans lesquels les fournisseurs de mobilité seront en mesure de fonctionner. L’utilisation de l’infrastructure des transports en commun (des métros et trains) doit être maximisée, car ce sont souvent les modes les plus efficaces. D’autres services de mobilité devraient s’intégrer de façon transparente avec les services de transport. Et, bien sûr, si possible, la mobilité active devrait être encouragée.

%d blogueurs aiment cette page :