Covoiturage

Uber lorgnerait un financement qui porterait la valorisation de la société à 70 milliards $ US.

Plus de nouvelles sur Uber : la société souhaite apparemment rivaliser avec les courriers dans l’espace de livraison sur demande.

Dans plusieurs villes américaines, Uber est « la vaporisation de l’industrie du taxi ». À New York, par exemple, « le nombre total de courses au premier semestre de 2015 ont diminué de 10 % à 77 millions d’euros, par rapport à la même période de l’an dernier ». Les revenus provenant des tarifs de taxi jaunes ont également diminué. Au seul mois de juillet, il y avait 100 000 courses Uber quotidiennes à New York, quatre fois plus qu’à l’été dernier. Karhoo, une start-up qui sera lancée en janvier 2016, a levé 250 millions de $ de financement, et travaillera avec les compagnies de taxis à leur fournir un bras technologique pour concurrencer Uber. Les compagnies de taxi ont un besoin urgent d’aide : la valeur relative des permis de taxi a chuté. En 2013, un permis de taxi de NYC avait une valeur estimée à 1,3 million $. Aujourd’hui, les annonces en ligne vont de 600 000 $ à 900 000 $.

Uber est de plus en plus « perçue comme une menace » par les constructeurs automobiles qui, apparemment, ne saisissent pas encore l’impact à long terme du covoiturage sur leur modèle d’affaires traditionnel (peut-être un jour). Selon une enquête menée récemment, « 22 % des utilisateurs d’Uber âgés de 18 à 64 ans, qui ont utilisé le service dans les 6 derniers mois, ont dit qu’ils retardent ou pensent ne pas acheter une nouvelle voiture pour cette raison ». Les résultats de l’enquête « se traduisent par environ 3 à 4 millions de personnes qui peuvent mettre de côté l’intention d’acheter une nouvelle voiture à cause d’Uber ».

%d blogueurs aiment cette page :