Environnement

De récentes analyses du Lawrence Berkeley National Laboratory ont conclu que « les émissions de gaz à effet de serre d’un véhicule électrique déployé comme véhicule autonome, ou en taxi autonome en 2030 seraient de 63 à 82 % inférieures à celui d’un véhicule hybride 2030 et 90 % inférieures à celui d’un véhicule privé 2014 entraînée à l’essence. Près de la moitié des économies sont attribuables au “dimensionnement-parfait”, où la taille du taxi déployé est adaptée aux besoins d’occupation de chaque voyage. “Si seulement 5 % des véhicules aux États-Unis (800 000 unités) en 2030 seraient convertis en robo-taxis, cela permettrait d’économiser 7 millions de barils de pétrole par an et de réduire jusqu’à 2,4 millions de tonnes métriques d’émissions de CO2 par an. Imaginez ce que serait l’impact si elles étaient des VÉs.

%d blogueurs aiment cette page :