L’omniprésence de Google

Ce mois-ci, Google a annoncé la création de Sidewalk Labs, une société qui se concentrera sur l’amélioration de la vie en ville par « le développement de nouvelles technologies pour faire face aux problèmes urbains comme le coût de la vie, le transport et la consommation d’énergie ». La société sera dirigée par Dan Doctoroff, ancien NY Deputy Mayor of Economic Development et CEO de Bloomberg. Forte de la combinaison du véhicule autonome de Google, Google maps, l’implication de l’entreprise dans l’assurance et les données en ligne individuelle que Google possède, nous nous demandons comment Sidewalk Labs se positionnera dans le domaine de la mobilité urbaine.

Photo : turtix / Shutterstock.com

Les drones et l’assurance

Une nouvelle décision de la FAA permettra à Property Drone Consortium (comprenant Allstate) de faire voler des drones pour la recherche sur les réclamations de propriété au nom de clients. “L’approbation de la FAA ouvre la voie à des membres du consortium afin d’utiliser des drones pour collecter et traiter des images pour la recherche, ce qui peut faciliter l’évaluation des dommages à la propriété extérieure. Le consortium prévoit également de poursuivre ses recherches sur la sécurité, y compris l’évitement des collisions, le champ de vision et les plans de vol automatisés avec des drones”.

Préparation de l’industrie de l’assurance

Un nombre croissant d’articles et de blogues traitant des implications de la technologie de véhicules autonomes dans le secteur de l’assurance ont paru dans les journaux, revues spécialisées, blogues, etc.

Un rapport publié ce mois-ci conclut que les assureurs ne sont pas préparés pour les véhicules autonomes. « KPMG s’est montrée sceptique quant à la transformation potentielle que les véhicules autonomes apporteront à court terme parce que la plupart des assureurs croient que les changements ne se feront sentir que dans 10 ans ou plus. »

Malgré ce scepticisme, il devient de plus en plus clair que la combinaison de nouvelles technologies, de nouveaux acteurs et de nouveaux risques va transformer l’industrie de l’assurance au cours des deux prochaines décennies.

Joignez-vous à Catherine Kargas et à l’équipe d’Insurance-Canada.ca lors du Executive Forum le 31 août à Toronto alors que des leaders des milieux politiques, technologiques et réglementaires se joindront aux cadres de l’industrie de l’assurance pour discuter et évaluer les implications de la technologie des véhicules autonomes sur l’industrie.

Assurance covoiturage

Allstate a rejoint la liste croissante des assureurs américains qui offrent de l’assurance pour l’autopartage. La police « Ride for Hire » de l’entreprise va « coûter de 15 $ à 20 $ par année en moyenne, et offrira une couverture pour les conducteurs qui ont des accidents en route pour la cueillette d’un passager. Allstate dit qu’elle peut aussi aider à combler les lacunes de couverture de leur propre assurance et polices offertes par les sociétés offrant le covoiturage ».

GEICO a annoncé qu’elle offrira l’assurance « end-to-end ride-share » au Texas. La société a d’abord présenté son produit de covoiturage en Virginie et dans le Maryland. La société affirme que sa part de marché est en croissance rapide dans ces deux États. « GEICO offre une couverture de covoiturage par GEICO commercial à un prix nettement inférieur à celui du taxi et des tarifs commerciaux.

 

Photo par : Alfredo Mendez, via Flickr  CC BY 2.0

Acceptation de la technologie sans conducteur par les consommateurs

Un des obstacles à la commercialisation de véhicules totalement autonomes est l’acceptation des consommateurs. Dans un sondage national réalisé aux États-Unis, plus de 1 Américain sur 4 a déclaré qu’ils soutiendraient les limites des humains à conduire des voitures. Il est incroyable que ce nombre soit déjà aussi élevé qu’il l’est. Comme on en sait plus sur la technologie et ses avantages potentiels et que les gens entrent en contact plus étroitement avec la technologie (par le biais d’expériences telles les navettes sans conducteur dans les aéroports, les parcs à thème, etc.), le pourcentage de citoyens soutenant l’utilisation de véhicules sans conducteur va augmenter.

Dans un effort pour accroître la compréhension des consommateurs et l’acceptation éventuelle de la technologie, Google a lancé une page d’accueil explicative sympathique pour son projet de voiture autonome sur lequel la société partagera ses rapports d’activité mensuels. Ce qui fait suite à des rapports révélant que les VSC de Google avaient été impliqués dans 13 accidents au cours de plus de 1 million de miles de tests. La société a été rapide à souligner que les voitures autonomes de Google ne sont pas en faute. Google a également célébré le fait que leurs VSC avaient franchi la barre du million de miles. Le logiciel de la société a maintenant autopiloté l’équivalent de 75 années de conduite typique adulte américaine.

Photo : Dong liu / Shutterstock.com

Les autorités gouvernementales démontrent un intérêt dans la technologie sans conducteur

De plus en plus d’autorités gouvernementales font preuve d’intérêt pour l’ouverture de leurs routes et autoroutes à l’essai de la technologie des véhicules autonomes. Un changement de la réglementation permettant de tels tests est souvent la première étape vers l’attraction des investissements en R et D.

L’Iowa pourrait bientôt voir la toute première route dans l’état qui serait utilisée exclusivement comme voie de transit exclusivement pour les véhicules autonomes.

Le Gouverneur du Nevada veut que « les responsables du transport envisagent l’ajout de soutien financier pour les voitures autonomes dans le cadre d’un projet d’amélioration des routes de plusieurs millions de dollars à Las Vegas ».

L’état de la Virginie ouvre plus de 70 miles pour permettre aux véhicules autonomes de tester leurs habiletés dans le monde réel. Les Virginia Automated Corridors (combinaison d’autoroutes, de routes de dégagement, et de rues urbaines) représentent un microcosme des conditions auxquelles les VSC « devront faire face, une fois que le déploiement à grande échelle a lieu, puisant dans les cartes HD de HERE et de la technologie de communication véhicule à véhicule. »

En Nouvelle-Zélande, le ministre des Transports a discuté de la possibilité que les routes de son pays puissent être utilisées pour tester des véhicules sans conducteur. Selon un article paru dans le New Zealand Herald, « Le personnel californien de Google a exprimé un intérêt pour les essais des voitures autonomes en Nouvelle-Zélande ».

En Chine, les fabricants et les fournisseurs se sont fait dire « d’intensifier leurs efforts dans la course vers les véhicules autonomes

Les sables bitumineux du Canada se tournent vers les camions autonomes

Au Canada, des entreprises de sables bitumineux qui cherchent à réduire les coûts et augmenter la productivité se tournent vers les camions autonomes. « Suncor Énergie Inc., la plus grande compagnie pétrolière au Canada, a confirmé cette semaine, avoir conclu une entente de cinq ans avec Komatsu Ltd, le fabricant japonais de machines de terrassement et de construction, pour acheter de nouveaux transporteurs lourds pour ses activités minières au nord de Fort McMurray. Tous les nouveaux camions seront “prêt autonome” ce qui signifie qu’ils sont capables de fonctionner sans conducteur. Unifor, le syndicat représentant les employés sur le point de perdre leur emploi, est déjà en mode réaction.

 

Photo : Christian Sprogoe Photography

Le camionnage de demain

Les entreprises de camionnage pourraient être les premières à adopter la technologie sans conducteurs. Le retour sur investissement est tel qu’il rend une décision d’affaires plus facile à faire. Les implications pour les plus de 5,7 millions de conducteurs professionnels agréés sont cependant énormes.

La Central North American Trade Corridor Association a proposé l’instauration d’un couloir de camions autonomes qui traverserait le Canada, les États-Unis et le Mexique. Une initiative qui a été lancée pour mettre en œuvre ce corridor tout au long de la route 83.

Peterbilt exhibe ses camions autonomes de niveau NHTSA 3, équipés de systèmes d’assistance au conducteur avancés. Les camions sont également équipés d’un système de communication V2V, facilitant le transport en convois.

Collaborations interindustrielles

Le développement de la technologie a donné lieu à des collaborations entre les acteurs d’une variété d’industries. La collaboration entre le géant du web chinois, Baidu, et BMW est notable. Baidu a suggéré qu’elle envisage de « lancer » un véhicule autonome NHTSA de niveau 3, d’ici la fin de cette année.

Dans le secteur des drones, la NASA et Verizon travaillent ensemble pour « développer une sorte de contrôle du trafic aérien sur des tours cellulaires pour petits drones à basse altitude “. Les premiers essais sont prévus cet été, et” Verizon vise à offrir des choses telles la navigation et les transmissions de données pour les drones d’ici à 2017 ».

La connectivité des véhicules : vers une croissance exponentielle

En 2020, un véhicule sur cinq dans le monde aura la connectivité réseau sans fil intégrée dans ses systèmes. Les opportunités de développement de produits et de collaboration entre les différentes parties prenantes, dans les secteurs des télécommunications et de la mobilité, sont nombreuses. Les implications qui concernent les systèmes de transport intelligents et de la cybersécurité sont énormes.