Nouvelles sur le covoiturage.

Le PDG d’Uber Travis Kalanick a partagé quelques chiffres de revenus lors d’une conférence récente qui indiquent que le covoiturage est plus que le remplacement de certains services de taxi. Kalanick a déclaré que le marché du taxi à San Francisco est d’environ 140 millions $ par année et que les revenus de Uber dans cette ville sont en voie d’atteindre 500 millions de dollars par année. Est-ce que le covoiturage entraîne une réduction de propriété d’un véhicule? Une réduction de l’utilisation des services de transport et de taxi?

Aux États-Unis, il semble que les parents utilisent de plus en Uber, Lyft et d’autres services de covoiturage pour assurer le transport de leurs enfants. Shuddle, un nouveau service de covoiturage lancé l’année dernière, se positionne comme un service de covoiturage « kid-friendly ».

Uber, UberX, UberPool, Uber Les services de livraison et maintenant UberCopter : un service d’hélicoptère pour les riches.

… Et au Canada

Le ministre des Transports de l’Ontario Del Duca dit que « la province a besoin de se préparer à la nouvelle technologie de l’automobile qui se traduira par des nouveaux emplois et des changements à la façon dont nous nous nous déplaçons ». Rejoignez-nous au Insurance-Canada Executive Forum, à Toronto, le 31 août, alors que l’industrie de l’assurance va recevoir les dirigeants de la technologie et de la règlementation concernant la technologie des véhicules sans conducteur et constater ce à quoi vous devez vous attendre.

Photo: Yauhen_D / Shutterstock.com

Nouvelles du monde entier

Le KAMAZ de la Russie serait à créer une ville artificielle comme terrain d’essai de conduite autonome. La compagnie a déclaré qu’elle prévoit développer une vingtaine de prototypes de véhicules sans conducteur pour une variété d’utilisation d’ici 2020.

En Grande-Bretagne, le Commons Transport Committee a indiqué que plus doit être fait pour rendre le pays prêt pour la révolution automobile. Les normes internationales, la clarification des responsabilités et de l’utilisation des données sont parmi les éléments qui ont été soulevés par le Comité. Tout ce qui est décidé par la Grande-Bretagne ou une autre juridiction préparera le terrain pour d’autres pays à travers le monde.

Le gouvernement britannique est encouragé par des études indiquant que la technologie de l’auto-conduite permettra de générer 320 000 emplois dans le pays et stimulera l’économie du Royaume-Uni par l’apport de 51 milliards de livres.

L’Allemagne, avec plus de 1 million de membres d’autopartage, est en train d’élaborer de nouvelles règles pour promouvoir le partage de voiture. Le ministre des Transports du pays a déclaré que son ministère « travaille sur des plans visant à encourager le partage de voiture. Les mesures envisagées comprennent entre autres places de stationnement des gratuites et dédiées. »

Des essais de véhicules sans conducteur ont eu le feu vert en Suisse.

L’aéroport de Bruxelles fera la démonstration d’autobus automatisés dans le cadre de CityMobil2.

Adelaide tente de devenir la ville-pilote de l’Australie pour les véhicules sans conducteur. L’État et les gouvernements fédéraux travaillent à y arriver.

La technologie sans conducteur dans les applications hors route

Rio Tinto a utilisé des chariots sans conducteur dans certaines de ses activités minières. La période de récupération étant extrêmement rapide, la société est en pleine expansion de l’utilisation de la technologie. Voici une statistique intéressante : Rio utilise habituellement 60 chauffeurs pour 15 camions, avec des camions autonomes cela est réduit à huit opérateurs, mais nécessitent de plus grandes équipes de maintenance.

Une technologie plus abordable et plus performante.

L’utilisation de la technologie Lidar dans des véhicules sans conducteur est de plus en plus abordable. Quanergy, Velodyne et Valeo ont tous du succès dans ce domaine. Récemment, Quanergy a déclaré que ses premières unités SSD Lidar couteront seulement 250 $ aux constructeurs automobiles d’OEM. Le petit appareil qui suivra après (taille d’un timbre-poste) coutera moins de 100 $.

Nvidia, fournisseur de processeurs graphiques, a développé une carte graphique qui enseigne les voitures à voir (machine learning).

Photo: Mark Doliner/Flickr

Nokia HERE est à vendre… et ça vaut plus que vous ne le pensez.

Bien qu’il n’y ait pas qu’un point de vue sur l’importance des cartes en amenant les véhicules autonomes aux consommateurs, la surenchère sur HERE indique la valeur réelle que les cartes représentent pour cette technologie. Le prix d’acquisition pourrait dépasser les 6 milliards de dollars.

Alors que Uber, Daimler et d’autres sont en lice pour acquérir HERE, Apple a conclu l’achat de la cartographie de précision de Coherent Navigation.

Le semi-remorque autonome

L’État du Nevada a accordé la première licence pour un camion commercial autonome pour rouler sur les routes de l’État. Voici donc le Freightliner Inspiration Truck. Soyons précis : un pilote est toujours nécessaire, ce qui en fait un véhicule de Niveau 3 NHTSA.

Plusieurs intervenants de l’industrie du camionnage accueillent la technologie favorablement. En 2012, aux États-Unis, « 330 000 gros camions ont été impliqués dans des accidents qui ont tué près de 4 000 personnes, la plupart d’entre eux étaient dans des voitures. Environ 90 % ont été causés par une erreur du conducteur ».

Un projet visant à créer un corridor pour camions sans conducteur, du Mexique au Manitoba, est à l’étude par la Central North American Trade Corridor Association.

Cnatca2

 

Plus d’États pour la route sans conducteur

En avril, le Sénat de l’Idaho a adopté une loi permettant les tests de voitures sans conducteur. Ce projet de loi est maintenant à la Chambre pour examen.

Le Texas démontre également de l’intérêt pour l’introduction de règlementations de conduite autonome dans une tentative d’attirer les entreprises technologiques à entreprendre leurs essais dans cet état (Psst: c’est du développement économique).

Pendant ce temps, deux sénateurs américains exhortent la NHTSA de donner aux États une plus grande liberté à fixer leurs propres politiques en matière d’exploitation des véhicules autonomes. Nous, au TEIET, ne sommes pas certain que ce soit une bonne idée et encourageons les provinces canadiennes à apprendre de l’expérience de nos voisins du sud de la frontière. Ce serait mieux pour la cohérence de la règlementation.

Photo : f11photo/Shutterstock.com

Politiciens visionnaires

Bon nombre des options de mobilité qui sont en place aujourd’hui exigent des champions ayant la vision nécessaire pour réussir. Garcetti, le maire de Los Angeles, est l’un de ces champions visionnaires. Il a lancé le tout premier plan de développement durable de la ville et a fait l’embauche d’un consultant sur le covoiturage et les voitures robotisées.

Les constructeurs automobiles et leur incursion dans les services de mobilité

De plus en plus, les constructeurs automobiles, conscients du fait que la démographie, l’urbanisation croissante et ses effets ainsi que l’augmentation des options de mobilité représentent une menace pour leur modèle d’affaires, poussent l’intégration verticale de l’avant dans l’espace de la mobilité. Ford a lancé, plus tôt cette année, 29 projets de mobilité et en est un parfait exemple. Un de ces projets est une navette dynamique sociale qui permet aux utilisateurs de commander des promenades en navette.

9a321170-da32-11e4-ab90-516a7d968d09_Ford-Dynamic-Social-Shuttle

Ford

 

Un autre projet de Ford qui s’est attiré beaucoup de publicité au cours des dernières semaines est son projet de partage de voiture en partage Go!Drive UK où les véhicules électriques et les véhicules conventionnels sont fournis aux utilisateurs.

Audi a lancé son service de partage de voitures sur demande aux États-Unis. C’est un programme offrant la location quotidienne de véhicules Audi. La société a indiqué qu’elle lancera bientôt son programme Audi à la maison (disponible dans certains complexes de condos premium).