Mockville, Michigan: où les voitures robots circuleront (idéalement, sans faire d’accidents)

Une ville et une banlieue simulée spécialement construite pour l’essai des véhicules autonomes  vont ouvrir cet automne sur 32 acres à l’Université du Michigan sur le Campus Nord à Ann Arbor, Michigan.

La Mobility Transformation Facility comprendra des routes droites et courbes en asphalte et en béton, et comprendra des panneaux de signalisation, des feux de circulation, des voies convergentes, des ronds-points, un passage à niveau, des trottoirs et des lampadaires.

Des façades de bâtiments en bordure de route simuleront l’environnement visuel, et de barils de construction ainsi que des panneaux de signalisations simuleront des travaux de voirie. Il y aura même, ultimement, un «piéton mécanique » qui pourra non seulement marcher sur les trottoirs, mais peut-être se lancer dans la circulation.

La première voiture à utiliser ses routes sera une Ford Fusion hybride automatisée. Son fabricant prend soin de souligner qu’il envisage « un avenir dans lequel les êtres humains restent derrière la roue et les technologies automatisées améliorent leurs capacités, » bien que d’autres partis vont plus loin, dans le but d’éliminer la tâche de pilotage complètement au conducteur d’aujourd’hui.

L’université appelle cela une «expérience de transport», et elle est financée conjointement par les gouvernements locaux et régionaux, les grands constructeurs automobiles, et le collège de l’ingénierie de l’université.

L’objectif est de faire du Michigan – toujours la demeure de trois des quatre constructeurs automobiles américains – la plaque tournante nord-américaine pour la recherche sur l’auto conduite et de la technologie de la voiture connectée.

Source : JOHN VOELCKER, Green Car Reports

Cliquez ici pour lire l’article complet depuis sa source

 

 

Phinergy et Alcoa, présentent leur batterie pour voitures électriques ayant une autonomie de plus de 1000 miles.

Quand il s’agit d’autonomie la Model S berline de Tesla tout électrique avec l’option d’ensemble de batteries lithium-ion de 85 kilowatts-heures est la championne incontestable parmi les véhicules électriques de production. Alors que sa cote de l’EPA est à seulement 265 miles par charge, il est possible de pousser l’autonomie à bien plus de 300 miles avec la bonne personne derrière le volant.

Mais ces 300 miles font pâle figure à côté de la batterie aluminium-air mi en route sur le circuit Gilles Villeneuve à Montréal, le 2 juin dernier. Capable d’une autonomie de plus de 1000 miles sans nécessiter de charge, la toute nouvelle batterie pourrait permettre de conduire de Portland à Los Angeles sur une seule charge.

Le produit d’un partenariat entre l’entreprise israélienne Phinergy et le spécialiste de l’ingénierie de fabrication métaux légers Alcoa, la nouvelle batterie aluminium-air pour les véhicules électriques est beaucoup plus dense en énergie — ce qui signifie qu’elle peut stocker plus d’énergie par unité de volume — que les batteries lithium-ion retrouvées dans les voitures électriques modernes.

Source :

Cliquez ici pour lire l’article complet depuis sa source

Une nouvelle batterie charge 20 fois plus rapidement et donne aux voitures électriques une autonomie de 300 miles.

Est-ce que ça serait ce que les rêveurs de voitures électriques attendent depuis longtemps? Power Japan Plus doit commencer la production en masse cette année de « Ryden, » une batterie de carbone sans interruption qui peut être chargée 20 fois plus rapidement qu’une cellule ordinaire au lithium-ion.

La batterie, est économique à fabriquer, sécuritaire et écologique. Elle pourrait grandement améliorer l’autonomie et le temps de recharge des voitures électriques, rapporte Gizmag. L’autonomie pourrait être d’un stupéfiant 300 miles.

Selon la compagnie, leur technologie vous permettra de recharger la batterie d’une Nissan Leaf en 12 minutes au lieu de quatre heures. Il faudrait un temps de charge de 42 minutes pour la batterie de 85 kWh d’une Tesla Model S haut de gamme.

La batterie a une durée de vie de 3000 cycles de charge/décharge (la vie de Li-ion est plus proche de 1 000 cycles).

Power Japan prévoit de commencer la production de 18 650 cellules doubles de carbone plus tard cette année pour les applications spéciales telles que les appareils médicaux et les satellites. Ils comptent offrir des licences de la technologie à d’autres sociétés pour une utilisation dans les véhicules électriques.

 

 

Source: NOEL YOUNG, The Drum

Cliquez ici pour lire l’article complet depuis sa source

 

Tesla Motors : S’il vous plaît, portez atteinte à nos brevets pour le bien de la société

Les brevets ne sont plus accrochés aux murs au siège social de Tesla Motors à Palo Alto, en Californie.

Le changement de décor représente une déclaration autant audacieuse qu’altruiste du fabricant de voitures électriques, qui permettra à quiconque d’utiliser sa technologie de véhicules électriques. Au diable les brevets!

« Tesla n’intentera pas de poursuites judiciaires en matière de brevets contre toute personne qui, de bonne foi, veut utiliser notre technologie », a écrit le PDG de Tesla, Elon Musk dans une déclaration le 12 juin dernier, citant l’esprit du mouvement open source.

Musk espère que le mouvement va encourager les grandes automobiles à investir davantage dans les véhicules électriques, qui représentent encore selon lui « beaucoup moins de 1 pour cent de leurs ventes de véhicules. » Plus tôt dans la vie de l’entreprise, Tesla a breveté sa technologie pour se protéger contre les plus grands concurrents qui cherchaient à voler sa technologie et accabler le démarrage de la voiture électrique – mais cette menace ne s’est jamais matérialisée, a déclaré Musk.

Source : Eric Blattberg, Venture Beat

Cliquez ici pour lire l’article complet depuis sa source

Andreas Raptopoulos: Pas de route? Il y a un drone pour ça

De nos jours, un milliard de personnes dans le monde n’a pas accès aux routes en toutes saisons. Un milliard de personnes. Un septième des habitants de cette planète est totalement isolé durant une période chaque année. Ils n’ont pas la possibilité de jouir de médecine correcte, ni accès aux ravitaillements essentiels, et ils ne peuvent pas vendre sur le marché afin de créer un revenu fixe. En Afrique subsaharienne par exemple, 85 pour cent des routes sont impraticables en saison humide. Des investissement sont en cours, mais dans le contexte actuel, on estime au moins à 50 ans le temps nécessaire pour résoudre le problème. Les Etats-Unis à eux seuls comptent plus de six millions de kilomètres de routes, dont la construction revient extrêmement cher, tout comme l’entretien des infrastructures, avec une importante empreinte écologique, et elles sont très souvent victimes d’embouteillages.

Alors, en apprenant ceci nous avons pensé : comment changer les choses ? Peut-on créer un système s’appuyant sur les technologies les plus pointues de notre génération pour permettre à ces endroits de se moderniser comme ce fut le cas pour les téléphones portables ces 10 dernières années ? Aujourd’hui, la majeure partie des nations jouit d’excellents moyens de télécommunication sans avoir de lignes de cuivre sur le sol. La même chose est-elle possible concernant nos moyens de transport ?

 

Source : Andreas Raptopoulos, TED.com

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Elon Musk veut construire une camionnette électrique et un jet supersonique

Elon Musk, toujours désireux de convaincre tout le monde, partout, que les véhicules électriques sont l’avenir, voit le jour où Tesla Motors proposera un pick-up, ce qui permettra aux éleveurs et travailleurs de la construction de connaître la joie de la propulsion électrique. Oh, et il veut aussi construire un avion électrique capable de vol supersonique.

Musk a pris la scène pour deux entretiens à New York en décembre dernier et dans sa façon typique, le PDG de Tesla et co-fondateur a donné des palpitations cardiaques à son équipe de RP quand il a confirmé que le constructeur veut faire un pick-up électrique. Ce n’est pas une idée déraisonnable, compte tenu de la Model S qui sera la base du modèle X SUV, et qui pourrait être transformé en un camion en enlevant les portes et en les remplaçant par boîte. Ce qui est moins réaliste est l’avion.

 

Source: DAMON LAVRINC, Wired

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Elon Musk de Tesla Motors prévoit construire des voitures qui volent et qui nagent

Elon Musk, l’entrepreneur Californien qui dirige l’entreprise de voitures électriques Tesla Motors et le constructeur des fusées SpaceX, veut combiner des aspects des deux produits pour développer une voiture qui peut voler.

« Nous pourrions certainement faire une voiture volante — mais ce n’est pas la partie la plus difficile. La partie difficile est, comment faites-vous une voiture volante qui est très sécuritaire et silencieuse? Parce que si elle beugle, vous allez rendre les gens très malheureux, “Musk a dit à The Independent, un journal britannique, dans une interview portant sur le déploiement, en Grande-Bretagne, de la berline sport électrique de Tesla avec conduite à droite.

Parallèlement, Terrafugia Inc. de Woburn, Massachusetts, développe la Transition, un avion biplace avec des ailes pliables qui peut également se conduire sur les routes.
Source : JERRY HIRSCH, LA Times

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Et si les Superchargers devenaient le standard du rechargement ?

Depuis plus d’un an, la firme d’Elon Musk développe un puissant réseau de supercharger pour appuyer le développement des ventes de Tesla Model S mais aussi honorer une promesse marketing très importante: Le rechargement est gratuit pour les clients Tesla aux bornes superchargers.

La France semble être un marché complexe pour l’implantation de ces bornes mais aux Etats-unis et dans de nombreux pays d’Europe (comme la Norvège, les Pays-bas, l’Allemagne, la Suisse) c’est un véritable succès.

D’après Business Insider, Elon Musk envisageraient d’ouvrir les superchargers aux véhicules électriques des marques concurrentes. En effet, ce serait une excellente chose pour le véhicule électrique au global. Précisément, le PDG de Tesla Motors a indiqué ne pas vouloir transformer les Superchargers en jardin protégé.

Le brevet des superchargers pourrait donc permettre à Tesla de standardiser le secteur de l’automobile électrique et ainsi simplifier l’étape du rechargement pour le consommateur.

Source : http://www.tesla-mag.com

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Votre livreur local pourrait bientôt obtenir un acolyte robotisé volant

Très bientôt, votre ville pourrait être patrouillée par une flotte de camionnettes électriques vaisseau mère ultra-silencieux, se déplaçant le long des principales artères, s’arrêtant seulement à des endroits parfaitement calculés, puis relâchant une flotte de drones autonomes pour faire des livraisons stratégiques partout dans l’arrière-pays.

Vous pouvez avoir vu la vidéo diffusée en fin d’année dernière par le détaillant en ligne Amazon, mettant en vedette un octocopter livrant un colis de la porte d’entrée de l’entreprise à celui d’un banlieusard heureux. La notion a généré la terreur attendue de la part des gens qui ont peur de tout, mais les craintes sont allées plus loin, et pour une bonne raison : avons-nous vraiment confiance dans les capacités de prise de décision d’une entreprise qui vend ce produit?

 

 

Source : Jim Meyer, http://grist.org

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Le chemin pratique vers les voitures sans conducteurs.

Pendant que Silicon Valley fonce vers l’avenir de l’automobile, Tampa garde un rythme plus gérable.

Jason Bittner affirme « combiner ses déplacements », autant dans sa vie personnelle que du côté professionnel. Son travail est celui de directeur du Center for Urban Transportation (CUTR) de l’University of South Florida– qui est la résidence de la plus grande collection de professeurs à temps plein étudiant les transports publics aux États-Unis, dit-il. C’est 43 chercheurs universitaires et à peu le même nombre d’étudiants-chercheurs, qui travaillent sur 180 projets, ainsi qu’une nouvelle division entièrement consacrée aux voitures sans conducteur appelé l’Institut véhicule autonome, que intégrante Bittner à entièrement développé. Voici combien loin dans le temps que CUTR planifie: il y a 23 jeunes arbres plantés sur la pelouse.

Au moment où ces jeunes arbres seront matures, les voitures sans conducteur seront parmi nous et comme les chariots sans chevaux d’un siècle et demi plus tôt, ils seront un saut quantique en avant de leurs prédécesseurs.

 

Source : RICHARD MORGAN, The Atlantic Citylab

 

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source